Pierre Albertini rejette l'union avec le MPF

Après plusieurs semaines de tergiversation, Pierre Albertini vient de rejeter la main tendue par le MPF pour réaliser l'Union des droites aux élections municipales de Rouen.

Alors que le MPF avait soutenu sans ambiguité Bruno Devaux aux législatives et Edgar Menguy aux précédentes cantonales, l'UMP rouennaise a fait obstacle à un accord entre Pierre Albertini et Hubert de Bailliencourt en vue d'organiser l'union des droites et du centre pour des élections municipales, élections qui s'annoncent pourtant des plus serrées face à la candidate socialo-communiste.

Le MPF, associé aux gaullistes attachés à la souveraineté du pays, avait conduit une liste au premier tour des précédentes municipales et contribué de façon incontestable à la victoire de Pierre Albertini en mettant ensuite ses troupes à la disposition du député pour prendre la Mairie de Rouen.

Le MPF de Philippe de Villiers n'est donc pas payé en retour de son comportement loyal à Rouen comme dans l'ensemble du département où, toujours à la demande de l'UMP, il avait soutenu sans réserve l'ensemble des députés de l'UMP et du Centre en Juin dernier.

Ainsi va la politique et, quand les électeurs sont demandeurs d'union, les pratiques archaïques demeurent !

Par ce refus, Pierre Albertini se prive, d'un seul coup d'un seul, des troupes de Philippe de Villiers pour l'accompagner dans une campagne qui s'annonce impitoyable entre les pro-Fabius et les pro-Sarkosy : ce choix lui sera probablement fatal, l'électorat MPF (près de 1000 voix aux élections présidentielles...) se sentant profondément trahi dans sa propre légitimité.

Pour l'heure, le MPF va réunir son bureau pour prendre acte de cette situation et décider des positions à prendre dans les heures qui viennent pour arrêter les modalités de sa participation à la campagne électorale.