Les sauvages ne sont pas ceux que l'on croit !

Il n'y aura pas fallu 6 mois pour que le masque Sarkosy se craquèle puis éclate en mille morceaux .

Pour Bruxelles, la question turque est réglée et rien ni personne ne pourra plus arrêter le processus d'adhésion, malgré la promesse faite aux Français par le Président de la République.

En adoptant à Lisbonne le soi-disant "mini-traité" qu'il va s'empresser de faire adopter par le Parlement en Janvier 2008, c'est véritablement de haute trahison dont le chef de l'Etat est en train de se rendre coupable, récusant le résultat d'un référendum auxquels plus de 80% des électeurs avaient participé, montrant par là-même l'intérêt qu'ils portaient à la question européenne.

Pour ma part j'assimile ces méthodes à des comportements de "sauvages" qui n'honorent pas la Démocratie dont nos élus prétendent être les représentants ! Leur silence les discrédite irrémédiablement à mes yeux.

Par delà les grands discours, je voudrais citer quelques passages (pages 374 et suivantes)  tirés de l'exceptionnel récit que nous livre Charles Mann, écrivain américain, dans son ouvrage "1491" racontant les Amériques avant l'arrivée de Christophe Colomb.

Ce récit fait état de la "Constitution" établie aux environs de l'an 1150 (!!!) entre les différents peuples Iroquois, ces indiens d'Amérique du Nord que les manuels d'Histoire nous présentent encore aujourd'hui comme des "sauvages" que nous aurions cherché, en vain, à civiliser !

Je cite :

"Les Haudenosaunees étaient une alliance militaire aux structures souples entre les Sénécas, les Cayugas, les Onondagas, les Oneidas et les Mohakws. .../... Au cours de deux siècles précédant l'arrivée de Colomb, ils formaient probablement la plus grande organisation politique au nord du Rio Grande, et leur suprématie ne fit que s'affirmer les deux siècles suivants. (Les Haudenosaunees énoncèrent) les règles de fonctionnement de l'alliance dans une Constitution appelée "La Grande Loi qui Lie". Pour chaque problème que rencontrait la ligue, le (conseil) convoquait les cinquante grands sachems représentant le clan des Cinq nations.

Le nombre de sachems était variable selon les nations, mais la prise de décision à l'unanimité neutralisait les disparités. Pour les Cinq Nations, le consensus représentait un idéal de société.  .../...

En parcourant les 117 articles de la Grande Loi, le lecteur contemporain sera frappé par le soin égal qu'ils apportent à accorder des pouvoirs au conseil des nations et à lui imposer des limites. Ses prérogatives étraient strictement cantonnées aux relations entre les nations, et avec les groupes étrangers, et chaque nation gérait de manière autonome ses affaires internes.

Si la négociation des traités de paix entrait dans les attributions du conseil, il n'était pas habilité à déclarer la guerre,  initiative laissée aux chefs de chaque nation de la confédération.

La Grande Loi spécifiait que si le conseil des sachems devait prendre une décision "sur une question de grande importance et particulièrement urgente" , ses membres devaient "la soumettre au jugement de leur peuple" par le biais d'une sorte de referendum.

Tout est dit, et comme je l'écrivai plus haut, les Sauvages ne sont pas ceux qu'on croit !

Ah, j'oubliais : Les Haudenosaunees existent toujours : ils ont mêmes été récemment indemnisés par le Gouvernement américain pour la confiscation de leurs terres. Décidément très modernes, ils sont à la pointe du combat écologique en Amérique du Nord afin que l'Homme Blanc respecte enfin la Terre de leurs ancêtres !

Face à un tel degré de maturité politique, que la vision du petit Nicolas nous apparaît minuscule avec son artefact de mini traité !

On ne va tout de même pas le laisser faire !

Huggh , j'ai dit !

Hubert de Bailliencourt