Blog de Hubert de Bailliencourt

jeudi 13 mars 2008

Politique du pire pour le pire de la politique

Jamais deux sans trois, selon le dicton :

Après la défaire d'Edgar Menguy aux précédentes cantonales puis de Bruno Devaux aux dernières législatives, c'est au tour de Pierre Albertini d'être laminé par l'alliance PS-Verts-PC articulée autour de Valérie Fourneyron.

Nous ne ferons pas l'exégèse de cette cinglante défaite, celle-ci ayant fait la une des principaux médias locaux et régionaux.

Retenons simplement que si les rouennais ont été privés de 2ème tour, c'est d'abord et avant tout parce l'équipe sortante, prétrie de ses propres certitudes, n'a pas su mobiliser le potentiel, pourtant intact, de l'ensemble de la droite rouennaise.

Face à une gauche rassemblée dès le premier tour, le défaut de mobilisation à droite lui aura été fatal.

Lorsque le jeu politique consiste à tirer les ficelles (UMP)  en faisant un campagne au Centre (MoDem) tout en essayant d'étouffer ses alliés électoraux (MPF) et d'ignorer toute une partie de son fond de commerce (Droite Nationale) , le pire de la politique peut aboutir à la politique du pire :  Pierre Albertini vient de l'apprendre à ses dépends, lui dont l'irréversible départ ouvre dès à présent une guerre de succession.

S'il ne s'agissait que de satisfaire telle ou telle ambition, tout cela ne serait pas bien grave.

Mais je crains fort que, sous la férule d'un Laurent Fabius en quête de reconnaissance au PS et sur le plan national, l'agglomération rouennaise et sa ville centre n'aient à supporter le prix fort que ne manquera pas de lui faire payer un pouvoir désormais totalement entre les mains de la gauche la plus rétrograde du monde.

Posté par h2bailliencourt à 22:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 21 février 2008

Lettre ouverte à tous les amis !

Pas un ami ou un ancien camarade, pas un voisin ou une connaissance de ma ville ou de mon village, pas un partenaire de jeu ou de sport, pas un ex-collègue ou un collaborateur, pas un compagnon ou un bon copain, pas un ancien du collège, de l’Université ou du 39ème RI, pas même mon propre médecin ou mon pharmacien, mon boulanger, mon coiffeur ou encore mon boucher, qui ne me lancent gentiment la question en cette période électorale «  Alors, Hubert, encore en pleine campagne ??? »

Pour eux, c’est normal : je fais partie des meubles de la politique régionale. C’est à eux que s’adresse ce message en forme de clin d’œil !

Nombreux êtes-vous, professeurs ou commerçants, fonctionnaires ou salariés du privé, responsables d’associations ou cadre d’entreprise, professionnels libéraux ou chômeurs, partisans et sympathisants, chefs d’entreprise ou syndicalistes, qui, depuis des années, m’encouragez sans cesse dans mon engagement politique, un peu comme si, compte tenu de vos engagements ou simplement du devoir de réserve qui sont les vôtres dans votre vie personnelle, sociale ou professionnelle, vous faisiez par mon intermédiaire, de la politique « par procuration »…

Nombreux êtes-vous, multiples anonymes, à me glisser fréquemment un petit mot à l’oreille pour m’encourager et me soutenir dans mon propre engagement dans la vie publique.

Eh bien !  non, chers amis : pour la première fois depuis 1983, je ne participerai pas à une élection locale . Cette fois, j’ai dû passer mon tour !

Oh ! Pour être sincère, ce n’est pas tout à fait une situation choisie. Disons que, ce coup-ci , les choses se sont mal arrangées : alors que le MPF auquel j’appartiens a choisi, au niveau national, une stratégie d’alliance à droite, Pierre Albertini a décidé de faire cavalier seul et de se passer de nos services.

C’est son choix. Ainsi va la politique ! 

Pour ma part, je reste attaché à trois de mes grands principes :

  • Le premier est de rester fidèle à Philippe de Villiers et aux valeurs chrétiennes qu’il a toujours défendues. Messager de la démocratie chrétienne, courant hélas disparu de l’échiquier politique en France pour cause de laïcisme flétri et quelque peu coincé,  le MPF est ma famille et je lui reste dévoué.

  • Le second principe reste la priorité absolue donnée à mes activités professionnelles, seules garantes de ma liberté de parole et d’action, liberté et indépendance auxquelles j’attache la plus haute importance, parfois de façon certainement excessive.

  • Le troisième découle du second : au delà des profondes injustices qui traversent notre société, j’ai toujours dénoncé cette caste de politiciens professionnels et de haut-fonctionnaires (souvent les mêmes) qui, au sommet de l’Etat comme celui de nos collectivités locales, s’est littéralement approprié le pouvoir, mettant toute son énergie dans le but principal, sinon unique, de se servir et de le conserver.

Néanmoins, les circonstances actuelles font que, cette fois-ci, je redeviens électeur de base, écoutant les projets des uns et des autres, recroquevillé comme tout un chacun autour sa propre conscience, en me demandant bien ce que je ferai dans l’isoloir, au premier comme au second tour des prochaines cantonales et des municipales.

A travers vos interrogations, vos nombreuses questions et vos touchants encouragements, je comprends, chers amis,  votre surprise et, pour certains, votre consternation.

Je comprends aussi tous ceux qui, fidèles militants et sympathisants, auraient souhaité que nous participions à cette campagne sous nos propres couleurs : depuis toutes ces années où je tire la charrue, vous vous étiez habitués à ce que j’entre dans la bataille et aille croisez le fer pour défendre, à chaque occasion, nos convictions et notre vision de la société.

Ces derniers mois, ceci après une campagne présidentielle et une campagne législative auxquelles j’ai pleinement participé, j’ai dû « gérer » beaucoup de choses autour de moi, ce qui ne m’a pas permis de préparer les échéances électorales comme je l’aurai souhaité.

Dieu merci ! Mon engagement et mes forces restent intacts.

Ma famille m’apporte toutes les joies que je puisse espérer, j’exerce mon métier de consultant avec une passion et une ardeur sans limite, ma riche vie sociale m’apporte équilibre et connaissance de soi, mes nombreux voyages sont une fenêtre ouverte en permanence sur le monde, mes étudiants dans Universités et Grandes Ecoles me transmettrent à chaque instant leur fantastique vitalité, mes inclinaisons intellectuelles et artistiques sont pour moi des moments de bonheur intense.

Enfin, Internet est, comme pour beaucoup d’entre nous, source d’immenses richesses et de fantastique liberté d’expression…J’y poursuis presque chaque jour, sur différents sites ou blogs, le combat pour nos idées.

Bref, je vais profiter de cette courte halte, imposée par la conjoncture, pour fourbir nos armes et préparer avec soin les prochaines échéances politiques auxquelles, c’est promis, j’ai bien l’intention de participer avec l’énergie que vous me connaissez.

Merci pour votre fidélité. Vous avez toute mon affection.

                                                                                           Hubert de Bailliencourt

Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais ! (Oscar Wilde)

Posté par h2bailliencourt à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 30 janvier 2008

Rouen : Union manquée à droite pour les municipales!

Pierre Albertini rejette l'union avec le MPF

Après plusieurs semaines de tergiversation, Pierre Albertini vient de rejeter la main tendue par le MPF pour réaliser l'Union des droites aux élections municipales de Rouen.

Alors que le MPF avait soutenu sans ambiguité Bruno Devaux aux législatives et Edgar Menguy aux précédentes cantonales, l'UMP rouennaise a fait obstacle à un accord entre Pierre Albertini et Hubert de Bailliencourt en vue d'organiser l'union des droites et du centre pour des élections municipales, élections qui s'annoncent pourtant des plus serrées face à la candidate socialo-communiste.

Le MPF, associé aux gaullistes attachés à la souveraineté du pays, avait conduit une liste au premier tour des précédentes municipales et contribué de façon incontestable à la victoire de Pierre Albertini en mettant ensuite ses troupes à la disposition du député pour prendre la Mairie de Rouen.

Le MPF de Philippe de Villiers n'est donc pas payé en retour de son comportement loyal à Rouen comme dans l'ensemble du département où, toujours à la demande de l'UMP, il avait soutenu sans réserve l'ensemble des députés de l'UMP et du Centre en Juin dernier.

Ainsi va la politique et, quand les électeurs sont demandeurs d'union, les pratiques archaïques demeurent !

Par ce refus, Pierre Albertini se prive, d'un seul coup d'un seul, des troupes de Philippe de Villiers pour l'accompagner dans une campagne qui s'annonce impitoyable entre les pro-Fabius et les pro-Sarkosy : ce choix lui sera probablement fatal, l'électorat MPF (près de 1000 voix aux élections présidentielles...) se sentant profondément trahi dans sa propre légitimité.

Pour l'heure, le MPF va réunir son bureau pour prendre acte de cette situation et décider des positions à prendre dans les heures qui viennent pour arrêter les modalités de sa participation à la campagne électorale.

Posté par h2bailliencourt à 21:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 14 décembre 2007

71% des français sont favorables à un référendum !

Français, Allemands, Anglais, comme de nombreux autres pays européens, se déclarent très majoritairement en faveur d'un référendum sur le mini-traité Européen.

Sur le plan mondial, qu'est l'Europe sans ces 3 pays ? 

La France par son leadership moral et culturel, l'Allemagne par son leadership technique et commercial et enfin la Grande-Bretagne par son rayonnement historique et diplomatique forment le coeur du coeur de l'Europe à l'échelle planétaire.

Ces peuples, au plus profond d'eux-mêmes, réclament le droit de décider de leur avenir et de celui de l'Europe. Pourquoi et au nom de quoi leur refuser ce référendum qu'ils réclament concernant le mini-traité ?

Comme l'avoue sans détour Alain Duhamel (RTL le 14 Décembre) , il faut que les dirigeants "évitent" absolument le référendum et privilégient la voie parlementaire : quel aveu d'échec !

Devons-nous nous laisser dicter notre loi par certains politiciens irresponsables, pour la plupart porte-paroles des grands groupes financiers et affairistes, eux-mêmes propriétaires des grands médias nationaux ?

Au MPF en tout cas, nous ne sommes pas près à lâcher un pouce de terrain sur la question vitale pour l'avenir de notre pays.

A bon entendeur...

Posté par h2bailliencourt à 19:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 6 décembre 2007

Rassemblement pour un référendum sur le mini-traité

Chers amis,

Le 13 Décembre prochain, le petit Nicolas prendra l'avion présidentiel pour aller à Lisbonne et signer le soi-disant mini (minable) traité consitutionnel européen.

Pourtant en Juin 2006, les français se prononçaient formellement, clairement, CONTRE ce traité, malgré l'incroyable matraquage des ouiouistes et des grands médias nationaux.

Sarkosy outrepasse le veto du peuple français en engageant le France sur un texte dont elle ne voulait pas.

Après Mitterrand et Chirac, l'immoralité politique tiendra-t-elle donc éternellement lieu de ligne de conduite pour les dirigeants de ce pays ?

Pour répondre à ce qui n'est rien d'autre qu'une provovation, toutes les fédérations MPF de France organisent ce jour-là un manifestation dans tout le pays pour réclamer au chef de l’Etat un nouveau référendum.

Pour ce qui nous concerne, cette manifestation se déroulera symboliquement sur la place de la République (près des quais, en bas de la rue de la République) à Rouen le jeudi 13 Décembre à 18 heures précises.

Merci de retenir cette date et de diffuser largement cette information autour de vous.

Je compte sincèrement sur votre fidélité et votre présence à ce temps fort de notre Mouvement

Hubert de Bailliencourt

Posté par h2bailliencourt à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 novembre 2007

Assemblée générale du MPF 76

Assemblée Générale du MPF le Lundi 3 Décembre

Le MPF de Philippe de Villiers (Mouvement Pour le France)  de Seine Maritime réunira ses militants et ses sympathisants de Seine Maritime lundi prochain 3 Décembre à la Halle aux Toiles, place de la Haute Vieille Tour, salle N° 10, sous la présidentde de Hubert de Bailliencourt, ancien conseiller régional, coordinateur du MPF pour la Haute Normandie et membre du bureau national du mouvement.

Voici les principaux sujets qui seront traités au cours de cette AG :

- Place du MPF dans la Majorité présidentielle

- Stratégie concernant les élections locales

- Investitures du MPF pour 2008

- Débat sur le mini-traité européen.      

A ce propos le MPF organise le 13 décembre prochain une manifestation sur l'ensemble du territoire français pour réclamer au président de la république de soumettre le futur mini-traité au vote des Français par référendum.

Concernant la Seine Maritime, un rassemblement aura lieu à Rouen, symboliquement place de la République (en bas de la rue de la République), le 13 Décembre à 18 h.  Le rendez vous est fixé à devant l'Hôtel de Bordeaux.   

A cette occasion, le MPF 76 invite tous les sympathisants des partis de droite favorables à un référendum à se joindre à eux pour témoigner, par leur présence, de leur attachement à l'indépendance nationale et de l'amour qu'ils portent à la nation. Ni affiche, ni slogan, ni banderoles : notre seule emblème sera le drapeau tricolore.

                                             

Posté par h2bailliencourt à 22:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 20 novembre 2007

Elections locales en Haute-Normandie

Messieurs les responsables politiques, à vos devoirs !

Reconnu par la plupart des grands élus régionaux comme une force politique modérée et responsable, le MPF  a toujours joué pleinement son rôle dans le fonctionnement républicain des institutions normandes, chaque fois que les impératifs électoraux le réclamaient.

En échange de cette attitude à la fois constructive et réaliste, il est un devoir, pour les autres forces politiques de droite et du centre, de prendre acte de cette situation et de faire toute leur place aux militants et sympathisants du MPF qui ont tous vocation à venir enrichir les majorités constituées à l'occasion de toutes les consultations électorales.

Au delà des ambitions personnelles, qu'une assemblée comporte 15 ou 17 membres d'un même Mouvement, qu'est-ce que cela fait comme différence. Par contre, ouvrir sa majorité à des membres du MPF , cela s'appelle tout simplement le pluralisme, cellule de base de toute démocratie.

Pour les grands responsables politiques normands que nous soutenons à chaque scrutin, c'est à la fois un impératif politique et un devoir moral que d'accueillir des membres du MPF dans leurs exécutifs, en correction des effets pervers des modes de scrutins majoritaires qui tendent à concentrer les pouvoirs en quelques mains, tout en excluant une partie importante de l'électorat des responsabilités exécutives.

Certes, nous n'allons pas dans la rue manifester notre sentiment de frustration et d'injustice. Mais nous le clamons haut et fort : une telle discrimination est purement et simplement inadmissible sur le plan moral !

Nous faisons partie intégrante et de plein droit de la collectivité nationale et de la collectivité normande et il n'y a aucune raison valable pour que les amis de Philippe de Villiers n'accèdent aux responsabilités locales qu'ils sont en droit d'exercer au même titre que n'importe lequel des sympathisants des partis de droite aux responsabilités.

Cela relève de la plus élémentaire des nécessités démocratiques ...

Blog Hubert de Bailliencourt

©2007 MPF de Haute-Normandie | édito - actualités - bureau - contact - liens | haut

Posté par h2bailliencourt à 21:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 17 novembre 2007

Exigeons un Référendum

Le 13 décembre prochain à Lisbonne se réuniront les chefs d'états et de gouvernement pour ratifier le "mini-traité" en remplacement du projet de constitution européenne massivement rejeté par les Français le 29 Mai 2005.

Si vous voulez en savoir plus sur ce qui se trame, je vous renvoie au récent article de Marianne sur ce sujet : http://www.marianne2.fr/Le-peuple-victime-d-un-vice-du-consentement-_a81078.html

Ce que les Français ont lié, Sarko n'a pas le pouvoir de le délier, pas même par le biais d'un Congrès à sa botte.

Exigeons un référendum sur le "mini-traité".

Le MPF organisera des manifestations dans toute le France le 13 Décembre prochain afin d'obliger le pouvoir à se soumettre à la volonté populaire.

Posté par h2bailliencourt à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 23 octobre 2007

Crimes contre la Nation !

Les sauvages ne sont pas ceux que l'on croit !

Il n'y aura pas fallu 6 mois pour que le masque Sarkosy se craquèle puis éclate en mille morceaux .

Pour Bruxelles, la question turque est réglée et rien ni personne ne pourra plus arrêter le processus d'adhésion, malgré la promesse faite aux Français par le Président de la République.

En adoptant à Lisbonne le soi-disant "mini-traité" qu'il va s'empresser de faire adopter par le Parlement en Janvier 2008, c'est véritablement de haute trahison dont le chef de l'Etat est en train de se rendre coupable, récusant le résultat d'un référendum auxquels plus de 80% des électeurs avaient participé, montrant par là-même l'intérêt qu'ils portaient à la question européenne.

Pour ma part j'assimile ces méthodes à des comportements de "sauvages" qui n'honorent pas la Démocratie dont nos élus prétendent être les représentants ! Leur silence les discrédite irrémédiablement à mes yeux.

Par delà les grands discours, je voudrais citer quelques passages (pages 374 et suivantes)  tirés de l'exceptionnel récit que nous livre Charles Mann, écrivain américain, dans son ouvrage "1491" racontant les Amériques avant l'arrivée de Christophe Colomb.

Ce récit fait état de la "Constitution" établie aux environs de l'an 1150 (!!!) entre les différents peuples Iroquois, ces indiens d'Amérique du Nord que les manuels d'Histoire nous présentent encore aujourd'hui comme des "sauvages" que nous aurions cherché, en vain, à civiliser !

Je cite :

"Les Haudenosaunees étaient une alliance militaire aux structures souples entre les Sénécas, les Cayugas, les Onondagas, les Oneidas et les Mohakws. .../... Au cours de deux siècles précédant l'arrivée de Colomb, ils formaient probablement la plus grande organisation politique au nord du Rio Grande, et leur suprématie ne fit que s'affirmer les deux siècles suivants. (Les Haudenosaunees énoncèrent) les règles de fonctionnement de l'alliance dans une Constitution appelée "La Grande Loi qui Lie". Pour chaque problème que rencontrait la ligue, le (conseil) convoquait les cinquante grands sachems représentant le clan des Cinq nations.

Le nombre de sachems était variable selon les nations, mais la prise de décision à l'unanimité neutralisait les disparités. Pour les Cinq Nations, le consensus représentait un idéal de société.  .../...

En parcourant les 117 articles de la Grande Loi, le lecteur contemporain sera frappé par le soin égal qu'ils apportent à accorder des pouvoirs au conseil des nations et à lui imposer des limites. Ses prérogatives étraient strictement cantonnées aux relations entre les nations, et avec les groupes étrangers, et chaque nation gérait de manière autonome ses affaires internes.

Si la négociation des traités de paix entrait dans les attributions du conseil, il n'était pas habilité à déclarer la guerre,  initiative laissée aux chefs de chaque nation de la confédération.

La Grande Loi spécifiait que si le conseil des sachems devait prendre une décision "sur une question de grande importance et particulièrement urgente" , ses membres devaient "la soumettre au jugement de leur peuple" par le biais d'une sorte de referendum.

Tout est dit, et comme je l'écrivai plus haut, les Sauvages ne sont pas ceux qu'on croit !

Ah, j'oubliais : Les Haudenosaunees existent toujours : ils ont mêmes été récemment indemnisés par le Gouvernement américain pour la confiscation de leurs terres. Décidément très modernes, ils sont à la pointe du combat écologique en Amérique du Nord afin que l'Homme Blanc respecte enfin la Terre de leurs ancêtres !

Face à un tel degré de maturité politique, que la vision du petit Nicolas nous apparaît minuscule avec son artefact de mini traité !

On ne va tout de même pas le laisser faire !

Huggh , j'ai dit !

Hubert de Bailliencourt

Posté par h2bailliencourt à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 9 octobre 2007

Et maintenant les Municipales !

A peine les élections présidentielle et législatives terminées, tous les regards commencent à se tourner vers les élections municipales qui interviendront au printemps prochain.

Passé l'état de grâces, le gouvernement et les parlementaires vont désormais évaluer la totalité de leurs actes à l'aune des risques électoraux encourus localement.

Nous sortons d'une période où il ne s'est finalement pas passé grand chose (on discute avec Monsieur Thibaut, vous comprenez...) pour entrer dans une nouvelle période tintée d'immobilisme et de petites lâchetés pour que chacun puisse assurer sa propre réélection dans son canton ou dans sa ville.

En plus, les perdants ne seront pas sanctionnés, dixit Sarko !

Bref, pour les réformes z'en profondeur, dont celle de l'Etat, c'est râpé. Et tous ceux qui y ont cru un moment en sont déjà pour leurs frais ! La Gôôôche se frotte les mains, car, au delà de l'ouverture ..., le plus dur est passé pour elle. Elle escompte bien rééditer l'exploit des Régionales en infligeant une nouvelle et cuisante défaite à la droite. Les réformes tant attendues, elles, attendront...

Là où nous aurions besoin d'une vision à 10 ans pour sauver ce qui peut encore l'être, nos politiques n'ont pour horizon que leur prochaine réélection. C'est bien le drame de notre supposé démocratie où nombre de Maires, Députés ou Sénateurs vont se représenter pour un 4ème, 5ème, voire 6ème mandat !

Hélas, malgré le désastreux bilan cumulé de la maison France, 80% d'entre eux ont été ou seront réélus, pour peu qu'ils soient réinvestis par leurs parti.

Pourtant, pendant que tout ce petit monde est occupé à ses petites affaires, notre pays continue à prendre l'eau de toutes parts.

D'ailleurs tout le monde s'en fout : "l'Etat, c'est moi," disait Louis XIV. "L'Etat en faillite, c'est pas moi, c'est l'autre," répondent en choeur les Français.

Les gaulois ont le moral dans les chaussette, mais tout va très bien puisqu'on a battu les Blacks !!!

Caveant Consules !   

Posté par h2bailliencourt à 22:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]